Les nouvelles du rucher en avril

Les nouvelles du rucher en avril

Semaine 16

Fleur d’aubépine

Météo : Nous venons d’avoir un splendide week-end et la baisse des températures est annoncée.
Au rucher : sans ouvrir les ruches, à la planche de vol, les mouvements des abeilles nous donnent beaucoup d’informations. Les abeilles rentrant du pollen nous indiquent qu’une reine est en ponte : pas besoin de déranger la colonie. Surveillez le remplissage des hausses. Nourrissez les essaims par petites doses. Le traitement des varroas à la capture d’un essaim est très efficace car ils sont tous phorétiques.
Frelon asiatique : un plan national de lutte est en phase d’adoption par nos parlementaires. Les captures continues, pensez à renouveler plus souvent que préconisé vos appâts car ils perdent rapidement de leur attractivité.

Environnement : Pour les arbres fruitiers nous attendons encore les derniers pommiers tardifs. Les prochaines floraisons conséquentes seront l’aubépine, l’acacia et le tilleul.

Semaine 15

Les premiers essaims sont signalés sur le secteur de Besançon.

Météo : Nous venons d’avoir un splendide week-end et la semaine s’annonce globalement favorable pour les abeilles.
Au rucher : Si vous avez plus de 7 cadres de couvain dans vos corps de ruches, vous devez en priorité si cela n’a pas déjà été fait introduire des cires neuves et poser une hausse. C’est le moment de diviser vos colonies si vous souhaitez augmenter votre cheptel. Un certain nombre de colonies sont en préparatif d’essaimage : des amorces de cellules royales (appelées parfois amusettes) situées sur la périphérie des cadres sont déjà occupées par un œuf ou une larve. Utilisez ces cellules pour vos divisions.
Surveillez le remplissage des hausses.
Environnement : les pommiers sont à leur tour en fleurs. Les aubépines sont en boutons avec plus de trois semaines d’avance.
Frelon asiatique : De nombreuses fondatrices sont capturées en ce moment.
Photos de la semaine :

Construction dans un espace sans cadre
Fleur de goji

Semaine 14

Nous abordons le mois d’avril qui sonne le réveil de la nature : la saison pleine ne dure que trois mois en apiculture, ne ratez pas le coche par rapport aux objectifs que vous vous êtes fixés.

Météo : les pluies sont annoncées mais les abeilles pourront sortir entre deux averses.
Au rucher : prendre des notes rapides au rucher.
On peut utiliser son téléphone pour enregistrer ses manipulations au rucher.
Avec une craie grasse on peut noter les observations sur chaque toit de ruche puis reporter ces notes sur un tableur. Ce système facilite l’anticipation des opérations à venir et permet de suivre l’évolution de chaque colonie.
Tableau de mes principaux raccourcis

RRreine rouge
♂ (Alt 11) ou FBfaux bourdons
C♂cadre à mâles
CCcadre de couvain
CRcellule royale
GRgrille à reine
Ppollen
CG ou CBcire gaufrée : cadre à bâtir
Nnourrissement
Hhausse
CMcadres de miel
PCpartitions chaudes
ES ou EAessaim sauvage ou essaim artificiel
ORPHcolonie orpheline

Exemple de notes sur un toit et traduction :
24/ 03 6 CC RR vue – 2 PC + 2CG + 1 GR + H 1 + (H2) : le 24 mars, cette colonie a 6 cadres de couvain, on lui a retiré ses deux partitions chaudes qui ont été remplacées par deux cadres à bâtir. On lui a ajouté une grille à reine et une hausse. Une seconde hausse est en attente au-dessus.
A vous de personnaliser vos propres notes.

Environnement : Les fruitiers sont resplendissants et le nectar de colza garnit déjà les premières hausses posées.
Frelon asiatique : Essayez des pièges différents, variez les appâts et faites nous vos retours.

Les nouvelles du rucher en mars

Les nouvelles du rucher en mars

Semaine 13

Météo : les températures baissent mais nos abeilles pourront sortir.
Au rucher : Les premiers essaims pourraient sortir dans les prochaines semaines. Si vous avez l’âme d’un chasseur d’abeilles : préparez vos pièges.
On utilisera, après l’avoir passée à la flamme, une ruchette ou une ruche garnie de plusieurs vieux cadres. On installe, de préférence, les pièges à environ 1,5 m de hauteur. On peut utiliser un attire essaim du commerce ou de sa confection. De la cire et de la propolis chauffées peuvent convenir.
La taille du couvain augmente dans les colonies : attention aux réserves si les ressources locales sont insuffisantes et n’oubliez pas l’eau. Si vous avez un champ de colza à proximité et que vos colonies ont plus de six cadres de couvain, la pose d’une hausse est envisageable. Si vous souhaitez récolter du pollen, c’est le moment. On ne laisse pas les trappes plus de trois jours de suite. Ce pollen sera trié puis congelé dans l’idéal.
Frelon asiatique : les premières prises sont signalées à Besançon. Astuce : percez des échappatoires le plus haut possible de vos pièges (les insectes ont tendance à monter pour chercher une sortie).
Environnement : la succession des floraisons des fruitiers a commencé. Notez ces dates chaque année, vous aurez ainsi un aperçu de l’évolution du climat.
photos du jour :

Osmie sur fleur de cerisier

Semaine 12

Météo : les températures sont toujours au-dessus des normales de saison.
Au rucher : chaque année vous devez changer au moins deux cadres de corps afin de renouveler les cires qui noircissent et se chargent en molécules polluées. Si vous en changer quatre c’est encore mieux. Ces cadres retirés pourront servir éventuellement pour une ruche piège.
Sur le secteur de Besançon, les colonies sont très développées. Les ruchettes pourront être transvasées par une belle journée. Des faux bourdons sont nés. Préparez vos ruches-pièges
Frelon asiatique : dans le secteur de Besançon, à la faveur des trois jours annoncés à 17 ° cette semaine, vous pouvez tenter un piégeage. Les pièges seront retirés avec le retour de la pluie afin d’éviter la capture des insectes non cibles.
Environnement : les fleurs des arbres fruitiers sont prêtes à éclore.
photos du jour :

Fleur de cerisier
Prunellier ou épine noire.

Semaine 11

Météo : les températures sont toujours au-dessus des normales de saison.
Au rucher : un point très important auquel on ne fait pas assez attention : la ressource en eau pour nos abeilles.
Elles en consomment comme tout être vivant : pour elles mêmes et pour leur progéniture. La colonie a également besoin d’eau pour sa régulation thermique. Si elle ne dispose pas de point d’eau propre et proche, veuillez à lui fournir un point d’eau qui peut prendre plusieurs formes.
Varroa : au comptage, on ne doit pas dépasser une chute par jour.
Frelon asiatique : on ne piège pas pour le moment : les températures sont trop basses. Attendez le signal de départ. La première fondatrice à Besançon a été vue le jeudi 07 mars
Environnement : les premiers érables sont fleuris.
photos du jour :

.

détail d’une fleur d’érable
abreuvoir d’un apiculteur de Besançon

Semaine 10

Météo : les températures sont toujours au-dessus des normales de saison.
Au rucher : on n’ouvre les ruches que pour vérifier la prise de candi.
Le développement des colonies est toujours en avance.
Préparez votre matériel pour le printemps : nettoyez vos outils : enfumoir, lève cadre… Anticipez les futures opérations sur vos colonies : préparez vos hausses. Les hampes florales des colza s’élèvent déjà, ils pourraient fleurir dès la fin du mois.
Varroa : au comptage, on ne doit pas dépasser une chute par jour.
Frelon asiatique : on ne piège pas pour le moment : les températures sont trop basses.
Environnement : les premiers saules sont fleuris.
photos du jour :

développement d’une hampe florale de colza pris à Serre les Sapins la semaine dernière
détail d’une fleur femelle de saule marsault

Les nouvelles du rucher en février

Les nouvelles du rucher en février

Semaine 8

Météo : les températures sont toujours au-dessus des normales de saison.
Au rucher : on n’ouvre les ruches que pour vérifier la prise de candi.
Les premières ouvrières de 2024 sont nées. Le développement des colonies est en avance.
Varroa : au comptage, on ne doit pas dépasser un par jour.
Environnement : les premiers saules sont fleuris.
photos du jour : détail de fleur mâle de noisetier avec pollen et de fleur femelle.
Frelon asiatique : vous pouvez préparer des pièges bouteilles en faisant des trous dans la partie supérieure avec un clou à chevron chauffé au rouge (attention ça brûle).
Attendez le signal pour les poser.

Les nouvelles du rucher en janvier

Les nouvelles du rucher en janvier

Excellente année 2024 avec vos proches et amis. Que la pratique de l’apiculture vous apporte plein de bons moments avec vos abeilles mais aussi de partage avec d’autres apiculteurs car c’est en se formant et en échangeant qu’on progresse.

Semaine 5

Météo : les températures sont au-dessus des normales de saison. Les noisetiers étirent leurs chatons et les abeilles récupèrent du pollen.
Au rucher : Surveillez les réserves de nourriture en soulevant l’arrière et l’avant de vos ruches. Pas d’ouverture de ruche en février, sauf pour apporter du candi. Pas de sirop à cette période.
Varroa : Vous pouvez compter les chutes en nettoyant votre tiroir de plancher et en faisant un comptage après une semaine ou deux. Si vous avez plus d’une chute par jour, votre colonie est en danger.
Si vous trouvez une colonie morte, fermez la ruche afin d’éviter les risques de contamination. La retirer du rucher et la nettoyer.
Environnement : photo du jour : fleur mâle de noisetier (chaton déployé).

Semaine 2

Météo : le temps froid et sec du moment est nécessaire au repos hivernal de la flore et de la faune.
Au rucher : les grilles anti-frelon doivent être retirées, vérifiez que l’entrée de la ruches n’est pas obstruée par des cadavres, mettez vos tiroirs de plancher.
Surveillez les réserves de nourriture.
Lutte contre varroa : après votre traitement de début d’automne les colonies se ré-infestent et peuvent encore accueillir plusieurs centaines de varroas en ce début d’année. Il est vital de faire un traitement d’hiver à base d’acide oxalique et/ou formique afin de favoriser le redémarrage de ponte de la reine dans les meilleures conditions possibles. Plusieurs traitements avec AMM sont à votre disposition dans le commerce.
Téléchargez ce document simulant l’évolution de varroa dans une colonie.
Environnement : les fleurs mâles des noisetiers (chatons) sont prêtes à se déployer.

Les nouvelles du rucher en septembre

Les nouvelles du rucher en septembre

Semaine 37

Au rucher : rappel des trois points permettant un hivernage serein :

  • La population de varroas doit être réduite au maximum afin de permettre une durée de vie la plus longue possible des abeilles d’hiver;
  • La reine doit pondre à cette saison avec les rentrées de pollen et de nectar d’automne;
  • Chaque colonie doit disposer de réserves suffisantes: on peut compléter ces réserves avec du miel de sa propre production (attention au pillage), avec du sirop jusqu’à fin octobre (reprise possible à partir du 15 mars), le candi est à utiliser en hiver.

Vous n’oublierez pas de retirer les bandelettes de traitement à la date indiquée par le fabriquant. Un traitement d’hiver est recommandé.

La saison 2024 commence déjà : faites le bilan de 2023 et fixez vous des objectifs pour 2024. Si vous voulez commander des essaims pour 2024, c’est le moment !
Préparez votre matériel pour la saison prochaine et documentez vous.

Illustration de la semaine : protection contre les frelons avec un filet anti-oiseaux de 5 m de largeur

C’est le dernier api-hebdo de 2023 : si vous avez des questions, nous vous accueillons au café apicole à chaque ouverture du point de vente, venez nous voir durant la foire aux saveurs d’automne à Pouilley-Français le 07 octobre ou posez vos questions sur le site du Syndicat Apicole du Doubs.

Semaine 36

Au rucher : préparez l’hivernage de vos colonies. Effectuez votre visite
d’hivernage : estimation des réserves (la plus précise est la pesée complète de la ruche, une demi-pesée donne une estimation), vérification de la qualité de la ponte de la reine, pose de partitions isolantes… Si votre colonie pèse plus de 35 kg, vous pouvez retirer un cadre de miel afin de libérer de la place pour la ponte de la reine.
Notez les chutes de varroas que vous observez durant le traitement.


Environnement : faites l’entretien de votre rucher : tonte devant les ruches, coupe des branches qui risquent de tomber sur les ruches en hiver et causer du stress…


Illustration de la semaine : comptage de varroas sur un tiroir.

Semaine 35

Météo : chute vertigineuse des températures, de belles journées sont attendues.

Au rucher : toutes les récoltes doivent être terminées. Faites lécher vos hausses sur vos ruches le soir afin de prévenir le pillage. Les abeilles restaureront les cadres qui seront stockés pour l’hiver de sorte à éviter la fausse teigne.
Ne tardez pas si vous n’avez pas encore fait votre application de produit anti-varroa. Profitez-en pour faire un comptage de ce dernier.

Environnement : Nous attendons la floraison du lierre qui donnera le pollen et le nectar que les abeilles attendent pour compléter leurs réserves d’hiver.
Les frelons commencent dans certains secteurs à exercer une certaine pression et un stress sur les colonies. Piégeage, muselières et entrées vertes sont des protections possibles. Si vous avez du temps, essayez de trouver le nid pour en envisager la destruction.

Illustration de la semaine : c’est la rentrée, on a le bourdon !

Les nouvelles du rucher en juillet

Les nouvelles du rucher en juillet

Météo : C’est l’été, la chaleur nous donne le moral et stimule nos abeilles.
Au rucher : Les grandes miellées autour de Besançon sont terminées sauf si les pucerons rejettent du miellat dans certains secteurs boisés.
Environnement : Les sapins sont couverts de pucerons dans certains secteurs de montagne. Si vous en avez la possibilité, cela peut valoir le coup de déplacer quelques colonies. Attention, quelques précautions sont à prendre : videz les hausses avant de partir pour séparer les miels. Sanglez et fermez vos ruches le soir mais ne les déplacez que le matin en cas de très fortes chaleurs car la cire est très fragile et risque de s’effondrer sur les abeilles lors du transport que vous ferez avec une conduite douce.

Nous sommes arrivés début juillet, cette rubrique ne paraîtra plus systématiquement chaque semaine car je prends mes quartiers d’été.
Bonnes vacances.
Illustration de la semaine : Abeille au pollen sur une gaura.

Les nouvelles du rucher en juin

Les nouvelles du rucher en juin

Semaine 26

Météo : 20 millimètres d’eau ont fait du bien à la nature mais la chaleur du moment évapore ces précipitations. Les ronces en ont profité.

Au rucher : Localement vous pouvez avoir de très belles récoltes de nectar, surveillez la place disponible dans les hausses. Vous pouvez récolter cadre par cadre.
Les grilles à reine pour des abeilles « noires » peuvent être retirées car elles gênent la montée du nectar.
Vous pouvez placer des grilles à propolis si vous souhaitez en récolter de bonne qualité. La récolte de propolis varie beaucoup d’une colonie à l’autre et demande beaucoup d’énergie.

Environnement : Les derniers tilleuls sont en fleurs. Il reste des possibilités de récoltes de miellats.

Illustration de la semaine : A quoi reconnaît-on une butineuse âgée ? Elle a les ailes usées.

Semaine 25

Météo : Avec la chaleur du moment, les butineuses sont surtout actives le matin et en fin de journée. Les jours ne rallongent plus, les colonies ressentent l’arrivée du solstice d’été et la fin de la pleine saison.
Au rucher : Vous ne pouvez plus faire bâtir des cires neuves dans le corps sauf en cas de miellée locale. Dans les hausses, elles construisent des rayons de cire si les besoins de place pour le stockage de nectar ou de miellat sont nécessaires.
L’extraction peut se poursuivre en faisant attention au taux d’humidité (à vos réfractomètres).
Le remérage d’une colonie orpheline devient de plus en plus difficile, si vous faites un élevage de reines, il est encore temps d’introduire une reine vierge ou mieux une reine fécondée.
Environnement : Les tilleuls déploient leurs fleurs et les pucerons rejettent leur miellat : de belles récoltes en perspective.
Illustration de la semaine : Fleurs de tilleul avec traces de miellat sur les feuilles.

Semaine 24

Météo : la chaleur du moment ne permet pas aux abeilles de butiner toute la journée.
Au rucher : pensez à proposer de l’eau à vos abeilles car elles en consomment beaucoup. Si vous avez de fortes entrées de pollen le matin c’est signe de bonne santé de la colonie. On ne visite plus les colonies en pleine activité, on surveillera de plus près une colonie qui ne rentre pas de pollen.
Environnement : Certains tilleuls ont déjà terminé leur floraison, heureusement, nous en avons trois sortes dans le secteur : à petites feuilles, à grandes feuilles et argenté (le dessous de ses feuilles sont grises et son odeur est très forte). Si vous voulez espérer d’autres miellées il faudra transhumer vos colonies.
Illustration de la semaine : abeille charpentière (xylocope) sur genêt d’Espagne.

Semaine 23

Météo : le temps est au sec .
Au rucher : surveillez le remplissage des hausses. Vérifiez si la reine pond en soulevant légèrement un cadre de corps. En cas d’absence de ponte, vous pouvez introduire un cadre de couvain ouvert avec des œufs et des larves de trois jours au maximum.
Vous pouvez extraire le miel si les cadres sont operculés aux trois quarts et si en secouant le cadre le nectar ne tombe pas. N’enfumez pas les cadres de miel à récolter car la fumée peut donner une mauvaise odeur au miel. N’hésitez pas à utiliser un chasse-abeille.
Le contrôle de l’hygrométrie de votre miel le plus fiable se fait avec un réfractomètre : outil peu onéreux, indispensable pour un contrôle rigoureux du taux d’humidité de votre récolte. Votre miel ne devrait pas contenir plus de 18 % d’eau.
On oublie les frelons asiatiques jusqu’à fin juillet.
Environnement : les fleurs des acacias sont sèches et les premiers tilleuls sont fleuris, c’est la dernière grosse miellée de l’année dans le Grand Besançon.
Si vous voulez espérer d’autres miellées il faudra transhumer vos colonies.
Illustration de la semaine : fleurs de ronce avec sa rosée du matin.

Les nouvelles du rucher en mai

Les nouvelles du rucher en mai

Semaine 22

Météo : le beau temps arrive enfin.

Au rucher : surveillez le remplissage des hausses. Vous pouvez encore faire des divisions avec trois cadres de couvain car la saison avance et ces nouvelles colonies doivent se développer avant la fin de saison. Pensez à les stimuler en leur mettant à disposition du sirop distribué régulièrement par petite quantité.

Le piégeage des fondatrices de frelon asiatique ne sert plus à rien car elles ne sortent plus du nid secondaire.

Environnement : les robiniers faux acacias sont fleuris et les tilleuls présentent leurs boutons floraux

Illustration de la semaine : fleurs d’acacia hybride n’attirant pas les insectes.

Semaine 21

Météo : les perturbations se succèdent avec alternances de soleil et d’averses.
Au rucher : n’oubliez pas de stimuler vos essaims par ces jours froids. Surveillez le remplissage des hausses. Les cirières n’ont plus qu’un mois de fortes activités, sauf en cas de grosse miellée. Vous pouvez encore faire étirer des feuilles de cire, dans le corps pour renouveler les cadres anciens devenus noirs, dans les hausses pour la construction de nouveaux cadres.
On ne place pas deux cires à bâtir l’une à côté de l’autre afin d’éviter les fausses constructions.
Le piégeage des fondatrices de frelon asiatique arrive à sa fin. Les nids secondaires vont débuter et les premières ouvrières émergées vont prendre le relais de la fondatrice qui ne va plus sortir du nid.
Environnement : les ronces sont déjà en fleurs, l’aubépine se termine et le robinier faux acacia arrive
Illustration de la semaine : fleurs d’aubépine.

Semaine 20

Météo : Les saints de glace signent la fin des gelées printanières
Au rucher : Si vous avez un champ de colza près de vos ruches, attention, le miel de colza cristallise rapidement après operculation. Les acacias fleurissent très souvent juste après les colzas. Repérez vos cadres de colza non operculés pour les séparer des cadres d’acacia ou placez tous les cadres de colza en cours dans la même ruche.
Le piégeage des fondatrices de frelon asiatique est à poursuivre.
Si vous capturez une fondatrice, signalez cette prise sur lefrelon.com.
Environnement : les aubépines sont fleuries, les fleurs de pommier fanent sauf le pommier Belle Fille de Salins qui est encore en dormance.
Illustration de la semaine : une abeille sur une fleur de pommier

Semaine 19

Au rucher : Si une de vos ruches a essaimé, soyez attentifs 10 jours après un essaim secondaire peut partir.
Votre hausse est bien remplie au milieu mais pas dans les cadres de rive : inversez ces derniers avec deux cadres bien remplis du milieu. (Ne posez pas une seconde hausse trop tôt.)
Environnement : le piégeage des fondatrices de frelon asiatique est à poursuivre.
Si vous capturez une fondatrice, signalez cette prise sur lefrelon.com.
Illustration de la semaine : l’intérieur d’un nid primaire.

Semaine 18

Météo : le temps pour la semaine semblent s’améliorer.
Au rucher : Si vous souhaitez empêcher une colonie d’essaimer vous pouvez écraser les cellules royales en préparation en contrôlant bien chaque cadre de couvain. Cette opération est à renouveler chaque semaine.
Environnement : Quelques fondatrices de frelon asiatique ont été capturées.
Illustration de la semaine : une fondatrice sur son nid primaire.

Les nouvelles du rucher en avril

Les nouvelles du rucher en avril

Elles correspondent aux activités des abeilles sur le secteur de Besançon.

Semaine 17

Météo : pour cette dernière semaine d’avril, les températures nocturnes sont encore basses. Surveillez les réserves.
Au rucher : vous pouvez introduire, à l’extérieur du couvain, des cadres avec cires à bâtir. Si les abeilles mettent de la cire blanche sous le couvre cadres, la pose d’une hausse est nécessaire. On privilégiera des cadres déjà construits pour cette première hausse.
Environnement : les poiriers terminent leur floraison et les pommiers déploient leurs pétales teintés de rose.
Illustration de la semaine : abeille sur fleurs de poirier.

Semaine 16

Météo : en ce début d’avril, les conditions météo ne sont pas favorables au développement de nos colonies. Surveillez les réserves.
Au rucher : si vous avez une colonie qui présente toutes les qualités que vous souhaitez, vous pouvez y introduire un cadre de hausse en bordure de couvain afin de lui faire élever des mâles qui pourront diffuser cette bonne génétique au cours des futures fécondations de jeunes reines. Les mâles de ce cadre ne seront pas féconds avant 50 jours. Après le première génération il est souhaitable de couper cette partie à mâles pour ne pas fournir un terrain favorable aux varroas.
Environnement : les merisiers terminent leur floraison et les pommiers la débutent.
Illustration de la semaine : un tableau des floraisons à télécharger

Semaine 15

Météo : en mars, nous avons eu 90 mm d’eau et nous en sommes à 27 mm début avril.
Au rucher : les colonies ont des développements très différents, certains apiculteurs égalisent leurs peuples en prélevant des cadres de couvain aux colonies fortes pour donner aux colonies faibles (attention de ne pas retirer la reine)
Environ toutes les deux semaines, surveillez l’extension du couvain. C’est le moment d’ajouter une ou deux cires gaufrées. On les placera à l’extérieur du couvain avant le cadre de pollen. On éliminera ainsi les vieux cadres.
Environnement : les cerisiers ont épanoui leurs fleurs qui sont visitées par les abeilles.

Semaine 14

Météo: nous sommes au-dessus des températures de référence . 
Diffusez autour de vous la méthode de piégeage des fondatrices du frelon asiatique. Chaque suppression de fondatrice fera un nid en moins avec de redoutables prédateurs d’insectes en moins pour la fin de saison. Piégez près de sources mellifères.
Au rucher votre visite de printemps doit avoir été faite : des colonies ont déjà 7 cadres de couvain, les premiers mâles vont émerger dans la semaine.  
Environ toutes les deux semaines surveillez l’extension du couvain.
Environnement : on se pose souvent la question en observant nos planches de vol : mais que rapportent elles ? Voici un élément de réponse.

Les nouvelles du rucher en mars

Les nouvelles du rucher en mars

Semaine 13

Météo : les abeilles ont profité de belles journées cette semaine 12 et ont pu compléter leurs réserves de pollen et de nectar .
Piégez les fondatrices de frelon asiatique avec de la bière, du vin blanc et du sirop. N’oubliez pas de renouveler les attractifs qui doivent être en faible quantité. Les frelons doivent rester vivants pour mieux en attirer d’autres.
Au rucher observez vos planches de vol : si le pollen arrive aux pattes postérieures des butineuses c’est signe de présence d’élevage.
Environ toutes les deux semaines surveillez l’extension du couvain.
Nous sommes toujours au moment critique de la saison : les abeilles d’hiver disparaissent peu à peu et la reine augmente progressivement sa ponte.

Environnement : notez les floraisons des érables des collines. Ce sont les premières taches d’un beau vert tendre au printemps (voir photo ci-contre)

Semaine 12

Météo : Plusieurs perturbations devraient traverser notre région. 
C’est le moment de piéger les fondatrices de frelon asiatique.

Au rucher : Si la température atteint 18 ° vous pouvez ouvrir vos ruches pour faire une visite de printemps. Cette dernière sert à faire un état précis de vos colonies. Présence de couvain, sur quelle étendue, état des réserves de pollen et de miel, état sanitaire. C’est le moment de décoller tous les cadres, de recentrer éventuellement le couvain, de changer des cadres en mauvais état. Il est peut-être un peu tôt pour introduire des cires à construire à placer des part et d’autre du couvain, avant le cadre de pollen. Noter vos observations pour chaque colonie.

Environnement : notez les floraisons et leurs dates.
Les pêchers attirent déjà les abeilles.

Semaine 11 

Météo : Le réchauffement des températures est annoncé avec des précipitations pour la semaine 11.
Sans déranger les abeilles, contrôlez l’état des réserves. Elles ne prennent que quelques centaines de grammes par semaine pour l’abeille noire mais les Buckfast consomment beaucoup plus car la reine pond plus et de nombreuses larves sont à prendre en charge.
Gilles et Paul Fert dans « 12 mois avec mes ruches » indiquent une recette de pâte protéinée maison : 1/3 de pollen congelé, 1/3 de farine de soja et 1/3 de levure de bière. Additionnez le tout de miel liquide afin d’obtenir la consistance d’une pâte à pain. 
Au rucher : Pensez aux abreuvoirs.
Formation : au cours de l’AG du syndicat Emilie Nardin nous parlera du traitement à l’acide oxalique et peut-être de la mise en place de pièges à frelon en Haute Saône.

La flore : les fleurs jaunes du cornouiller mâle pointent.

Semaine 10

Météo : Les températures basses persistent et des précipitations sont annoncées à partir du mardi.
Dans la ruche les abeilles consomment le candi : vérifiez l’état des réserves sans déranger les abeilles qui sont en grappe.
Au rucher : Les abeilles doivent disposer d’eau à proximité. Si ce n’est pas le cas vous devez dès maintenant installer un abreuvoir à une cinquantaine de mètres de de ces dernières. Vous pouvez ajouter une pincée de sel et éventuellement quelques gouttes anisées afin de rendre cette eau plus attractive.
Le  frelon asiatique : les fondatrices sont encore en dormance. 

La flore : les premiers pruniers sauvages sont fleuris, les pervenches colorent déjà les sous-bois de leur bleu et les véroniques (photo) attendent les pollinisateurs.

Semaine 9

Plus les semaines passent et plus les apiculteurs nous annoncent des pertes qui dépassent parfois les 50 %.
Météo : Nous abordons le début de mars avec des prévisions de températures basses sans précipitations.
Dans la ruche les abeilles consomment le candi : vérifiez l’état des réserves.
Au rucher : contrôlez les planches de vol, si le pollen arrive sur les pattes postérieures de certaines butineuses, c’est bon signe : la reine est en ponte.
Si vous avez de gros copeaux de cire sur la planche de vol, la colonie a peut-être été pillée.
Si vous avez des traces marron sur la planche de vol ou sur la face avant de la ruche : c’est signe d’un problème sanitaire.

Le feuilleton du moment : le frelon asiatique.

Les fondatrices qui vont sortir, quand plusieurs jours successifs à des températures supérieures à 15 ° vont arriver, ne sont pas une grosse menace pour les abeilles au printemps. Pourtant c’est le moment crucial pour les capturer car chaque élimination représentera un nid en moins pour septembre : moment où le frelon est le plus dangereux pour les insectes.